Mission

Crédit photo: pixabay.com


Ma mission : Faire le pont entre le mode de pensée et de fonctionnement autistique et le mode de pensée et de fonctionnement typique (non-autiste)



  • Faire connaître les modes de fonctionnement typiques et autistiques, leurs différences et leurs ressemblances, pour une meilleure acceptation et une meilleure compréhension mutuelle.
  • « Infiltrer » le monde typique pour repousser mes limites et ainsi documenter les possibilités de progression des autistes et des aspergers, tout en respectant les caractéristiques fondamentales de ma condition d’origine.
  • Élaborer des solutions et de la documentation afin de faciliter l’insertion des autistes et des aspergers dans la société, selon les choix et les limitations de chacun.
  • Lutter contre une stigmatisation de l’autisme, contre la recherche d’un remède « à tout prix », mais chercher des solutions pour pallier aux sources de souffrance et aux lacunes au niveau de la communication, des troubles moteurs ou de toute autre source de difficulté pertinente.

7 commentaires:

  1. Bonjour, j'ai bien aimé vous lire. Mon fils est autiste, moi je suis asperger. je crois que c'est plus un état qu'un handicape pour moi.
    Merci de nous faire suivre vos écrits.

    RépondreEffacer
  2. Bonjour,

    Merci pour vos écrits. C'est un réel plaisir de vous lire.
    Merci de me permettre de mieux comprendre les modes de fonctionnement autistiques.
    Ça va beaucoup m'aider dans mon travail auprès d'enfants autistes.
    Au plaisir de lire la suite.
    Cordialement.

    RépondreEffacer
  3. Je viens de tomber (expression :-) ) sur vos textes. Wow!! c'est très intéressant! J'ai hâte de voir la suite...


    RépondreEffacer
  4. Bonjour
    J'ai un garçon de 7 ans qui vient de recevoir un diagnostique Asperger. Vos écritures m'aident énormément à le comprendre. Il est une montagne russe d'émotions.
    Merci de nous permettre de comprendre pour mieux le guider :)

    RépondreEffacer
  5. Bonjour, Ma soeur agée de 8 ans est Autiste asperger. C'est une enfant très courageuse qui combat ses phobies et s'améliore de jour en jour niveau social.

    Marie-Shaina <3

    RépondreEffacer
  6. Bonjour tout le monde, je viens de comprendre par plusieurs tests passés dans la journée que j'étais aspie. Je me doutais déjà de beaucoup de choses, j'ai 52 ans, grand amateur de sciences humaines et de développement personnel, j'étudie le DSM4 depuis l'age de 15 ans parce que que je me sens pas très net (lol) et dernièrement je me trouvais avoir beaucoup de ressemblance avec la symptomatique des aspie. Bref, ça explique plutôt beaucoup de choses pour moi et cela ne me dérange absolument pas. J'ai eu occasion de faire une expérience extra sensorielle un peu particulière il y a 10 ans maintenant qui m'a appris à relativiser beaucoup, beaucoup de choses. Je vais donc prendre un grand plaisir à lire ce blog qui me semble bien intéressant. Merci de l'avoir crée
    Patrick

    RépondreEffacer
  7. les aspie sont les émissaires de la nouvelle conscience, en effet comme ils ne disposent pas du même "filtre" emotionnel que les autres, ils captent plus de choses et donc sont plus à même de se rendre compte de l'illusion du monde dans lequel ils vivent; de plus, ils acquièrent une capacité à gerer plus de choses et plus d'informations que les être humains dit "normaux". Je pense que de plus en plus, nous allons évoluer vers une conscience plus ouverte, moins attachée à des dogmes et de l'illusion du monde, engendrant l'hypocrisie généralisée, le manque de communication ou le manque de justesse dans la communication.......
    Généralement et actuellement, nous avons quelques échapattoires essentiels à notre mode de fonctionnement, les addictions ( alcool, drogues...), le travail acharné, l'écriture et le rire. Des modes qui permettent de se déconnecter d'un cerveau qui n'arette jamais.
    La mission d'un auspie est de faire connaitre un nouveau mode de gestion de soi. J'ai appris à comprendre et maintenant à "voir" mon cerveau fonctionner et ce qu'il engendre en moi, j'ai mis 40 ans à commencer à faire cela, simplement en travaillant dans la pleine conscience ( prendre acte de plus en plus de ce que je fais dans le moment présent, vivre dans ce moment présent), je suis encore très loin d'y arriver complètement mais je commence à voir une lueur d'espoir. Le volume d'information traité créant une émotion perpétuelle, il "suffit" d'apprendre à observer ce flux émotionnel de manière passive pour qu'il ne nous affecte plus. Il est toujours la mais ne nous influence plus (ou nous influence moins).

    RépondreEffacer